More On Soundcloud

background

Interview du réalisateur

13 Feb, 2015 #Le Film
- Comment la série est-elle née ?
Cela fait plusieurs années que je tourne autour du sujet sans parvenir réellement à le concrétiser. Comment l'aborder (drame/horreur/fantastique voir comédie noire…), sous quel angle le traiter, et avec quels moyens?… Et, très récemment d'heureuses rencontres sur un tournage ont grandement accéléré les choses.
- Quelles sont vos influences ?
De tout horizon, vraiment, que ce soit dans la photo, le cinéma, la bande dessinée, la littérature, la musique, les jeux vidéos… Plus précisément, J. Wall et G. Crewdson, du côté de la photo, je peux rester plusieurs heures devant leur travail à observer une scène puis dérouler le film dans ma tête. Sinon, G. A. Romero, bien sûr, T. Burton, Q. Tarantino, D. Boyle. En France, A. Astier (que j'idolâtre particulièrement, cet homme sait tout gérer et avec talent !), F. Gobert, C. Gans… et côté littérature… Les romans du maître incontesté S. King! E. Bilal pour la bande dessinée. Et encore des dizaines d'autres, mais je partirai dans tous les sens tant une œuvre et son auteur en appelle d’autres, ils sont très nombreux !
- Quelles séries vous ont tapé dans l’œil ?
Tout un tas, dans le désordre, Twin Peaks, X-files, Les Simpson, South Park, Kaamelott, Breaking Bad, The Walking Dead, Malcolm, Friends, HIMYM, Episodes, récemment Z nation mais aussi Les revenants, Real humans… Ca y est… ! Je le voyais venir. Ca part dans tous les sens… (rires)
- Comment l’autodidacte cinéphile que vous êtes a-t-il vécu ses débuts ?
… D'abord enfant rêveur et passionné et une fois l'âge adulte, si tant est que je l'ai passé, très vite frustré (rires)… On manque de crédibilité, un budget proche de -0… « Bienvenue dans le Monde Réel » comme dirait Morpheus… Maintenant, toujours, avec un budget très serré, certes, mais devant une détermination sans faille ainsi que la motivation de mon entourage et l'accessibilité des nouvelles technologies, les coûts ont baissés. En s'entourant de personnes compétentes, passionnées et généreuses, il est possible de mettre sur pied des projets intéressants.
- Est ce que des animaux ont été blessés ou maltraités durant le tournage ?(rires) Non, bien sûr (caressant son chien "Fake" un bouvier qui apparait dans la série). Puis, nous n’avons pas le budget pour risquer un procès avec la spa…
- … Et les acteurs ?
Quelques anicroches, mais uniquement pour des raisons budgétaires ! Devant l'augmentation du prix du faux sang et l'incompétence du monteur, certains ont dû donner de leur personne… (rires)
- Quelle a été la scène la plus difficile à préparer ?
Pour qui ? Pour moi, incontestablement, la scène du bateau… Pour l’équipe ? En fait à bien y réfléchir pour l’équipe et les acteurs aussi (rires), mais je n'en dis pas plus et le tournage est encore loin d'être terminé…
- Faut-il y voir un message ?
Il serait trop tôt pour que je vous le dévoile, je mettrai en péril l'intrigue! Mais le synopsis pourra peut-être déjà vous mettre sur la voie…
- Vous portez The Lake depuis près d’une décennie, vous avez écrit le scénario seul. C’est rare pour ce type de format.
A vrai dire… pas vraiment tout seul, car nous sommes plusieurs dans ma tête ! Et pour que les autres vous suivent, vous devez vous lancer et le script est la première marche ensuite chacun a apporté sa pierre à l'édifice.
- Pour finir, Si vous deviez donner un conseil ?
Bossez votre projet, croyez-en lui et lancez-vous. En s'entourant de personnes compétentes et passionnées, rien n'est impossible. Si votre idée est bonne, vous serez suivi !